13 février 2008

Dans la famille S., je voudrais le fils. [Jean Sarkozy ou le nouvel hommes de mes rêves]

Ne nous voilons pas la face, ces derniers temps on est tous à fond dans les petites tribulations de la famille S. [anonymat], et avouons le, ça nous passionne. Entre Cécilia qui joue à wonder woman avec des otages bulgares, Nicolas qui arrive beurré au G8, Cécilia qui s'en va, Carla qui arrive, et puis le SMS, et enfin le mariage, whaouh!
Reconnaissons-le, comparé à nos repas de Noël où on se prend la tête quant au menu et où on humilie les célibataires de temps à autre, ça rocks dans la famille S. [anonymat on t'a dit!].

Mais, personnellement, ce ne sont pas ces trois là, mes préférés.
Prépa oblige, je crois bien avoir amorcé ma toute première phase "depressed and alone" un peu sérieuse (nous verrons ce que le médecin de famille #2 aura à en dire mardi), et qui dit "depressed and alone" dit larmes/couette/loque/seule&dépressive [si tu ne comprends pas l'anglais, coco]
D'où mon dernier délire s*rk*z*ste. Lundi matin, suffocante, à la suite d'une nuit blanchâtre, je délire toute seule au coeur de mon trio d'oreillers Ikea [4,50€, tous mous, pas beaux, pas confortable] et doucement, je m'enfonce aux pays des rêves.

Nous savons tous à quel point il est complexe de se remémorer les détails de ses rêves, mais je vais faire de mon mieux.

Dans mon rêve, j'étais donc en train de donner mon sang, dans une espèce de grand bâtiment napoléonien, entouré d'un joli jardin [oui, je sais, j'ai le sens du détail!]. Don du sang donc, puis collation, j'avale des cornichons. Et là il surgit. Du reste, je suis subjuguée, puis une belle voiture, une danse au clair de lune, un baiser. Il s'enfuit dans la nuit [genre le zozo avec la rose dans Sailor Moon qui disparait d'un coup d'un seul].
Le lendemain [toujours dans mon dreamz, hein] je le retrouve dans un vernissage d'art contemporain, étrange. Nous nous enfuyons, ballade sur les pavés, sur un pont au crépuscule. Nouveau baiser passionné, comme dans un film dis donc. Il s'apprête à s'enfuir, je le retiens, il me dit qu'il est marié. Je m'effondre.

La suite est floue et le réveil proche. Toujours est il que ce grand blond, cheveux aux vent, dents de poney et charme ravageur dans mon rêve n'était autre que... JEAN SARKOZY!!!
[du coup on n'est plus tellement sûrs qu'il soit grand, mais dans mon doux rêve, il l'était...]
[et merde l'anonymat]


Première constatation. Au delà de la considération des thèses freudiennes sur le pays des rêves et de l'inconscient, je me rends compte que peu à peu, la prépa me bouffe la cervelle, argh.

Du reste, j'ai fait quelques recherches sur mon nouveau prince charmant de mes rêves [vous trouvez pas qu'il a un petit truc de Charmant dans Shrek, vous? la tignasse, peut-être].
Et, oh douce joie, le cadet blondinet de la famille S. n'est pas du tout marié. Enfin, il ne me semble pas, vu qu'il n'est que de 1987 ce qui me semble fort approprié pour faire de moi l'une de ses prétendantes en titre, non?
La suite s'avère un  tantinet moins glamour [encore moins, je veux dire].
En effet le nouvel objet de mes désirs a une fâcheuse tendance à conduire un scooter, la honte/emboutir des BMW avec son scooter, la re-honte/à se barrer en faisant un fuck au chauffeur de la BM qui finit par lui coller un procès. MAIS, il dit qu'il n'a rien à se reprocher, et tusékoi, moi, je le crois.

A présent, prions pour que ni mes amis gauchos, ni mon ex estampillé UMP ne se précipitent pour lire ce post [que nenni, mon blog est à l'abandon depuis des semaines, nobody cares!]. Mais, je tient tout de même à préciser que ce fut un doux rêves.

[Euh, Jean, si par le plus grand des hasards tu googlais ton nom dans la nuit et que tu t'apercevais que tu as toi aussi rêvé de moi lundi matin et que je suis la femme de ta vie [ON NE SE MOQUE PAS], n'oublie pas que la Saint Valentin, c'est demain, ah ah!]

[Ahem, je viens de googler son nom, pour trouver une photo où il était bien coiffé... Introuvable.
Par contre, j'ai trouvé une connasse qui painte ses photos pour dessiner des coeurs et écrire des je t'aime. Putain, je suis déjà jalouse!]

Pour finir sur une note de joie.
Vive hypokhâgne. Vive la Saint Valentin. Vive les phases "depressed and alone". Vive la famille S. [le tout à dose modérée, j'entends bien.]

Posté par sartremonamour à 23:18 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Dans la famille S., je voudrais le fils. [Jean Sarkozy ou le nouvel hommes de mes rêves]

    Consternation

    Là je vient d'être frapper de consternation, je suis affligé à l'extrême....

    Posté par le_gars_la_en_ba, 13 février 2008 à 23:40 | | Répondre
  • Mais moi aussi! Je m'afflige moi même!

    Posté par Klr, 14 février 2008 à 13:43 | | Répondre
  • Euh comment dire...
    Tu veux l'adresse de Ste Anne???
    Non mais quand même Jean Sarko... lol
    C'est son côté blondasse qui t'a fait chavirer??? *hihihi*

    Posté par Little Daewoo, 17 février 2008 à 11:02 | | Répondre
Nouveau commentaire